Biographie Bibliographie Audio F.A.Q. Liens
photoAuteur
Ken Bugul <


1947 : Naissance de Ken Bugul, « celle dont personne ne veut » en wolof, dans le Ndoucoumane - région de Kaffrine -, au Sénégal. Son véritable nom est Mariètou Mbaye Biléoma. «Mariètou/Ken» naît et grandit dans un milieu polygamique, où les enfants vivent avec les femmes et où les jeux des garçons et des filles sont différenciés.

Après les années d'école primaire, Mariètou Mbaye entreprend des études secondaires au lycée Malick Sy de Thiès, puis passe une année à l'Université de Dakar. Là, elle obtient une bourse d'études qui lui permet de se rendre en Belgique.

A la fin des années 70/début des années 80, elle revient au pays, la trentaine légèrement passée. Africaine, musulmane, d’origine paysanne, aimant l’opéra, le fromage et le vin, elle fuit les clichés et s’interroge sur elle-même. « Celle dont personne ne veut » recherchait le repère du père et de son enfance. Elle finit par le trouver dans sa ville natale, en la personne du marabout - le serigne » - dont elle devient la 28ème épouse. Elle ne le quittera qu’à sa mort.



Elle a dit de ce mariage qu’il lui a permis d’exorciser ses contradictions et d’entrer dans une dimension religieuse et spirituelle plus importante que les contingences matérielles et physiques.

1983 : Ken Bugul publie son premier roman, « Le baobab fou », aux Nouvelles Editions Africaines. Elle dit qu’elle devait écrire ce livre, qu’elle en ressentait la nécessité.



Ken Bugul est le nom de l'héroïne du Baobab Fou et, du reste, lui ressemble fortement. A sa parution, ce livre a déclenché une bronca dans le milieu littéraire africain, parce que son personnage principal y bouscule les idées reçues et refuse d’être enfermé dans les préjugés.
Devant le tollé, l’éditeur a estimé préférable qu’elle prenne un nom de plume. Ce sera Ken Bugul.



1986-1993 : Ken Bugul est fonctionnaire internationale, successivement basée à Nairobi (Kenya), Brazzaville (Congo), Lomé (Togo) comme Chargée de Programmes dans la région Afrique d'une organisation non gouvernementale internationale s'occupant de programmes et projets de planification familiale (International Planned Parenthood Federation IPPF Africa Region).

1994 : Elle publie Cendres et braises, chez L’Harmattan, un roman où il est encore question de quête identitaire et de réconciliation avec soi-même. Elle s'occupe également d'une PME « Collection d'Afrique », qui fait la promotion et la vente d'objets d'art, d'oeuvres culturelles et d'artisanat (y compris la gastronomie africaine). Veuve d'un médecin béninois, elle vit à Porto Novo. C'est du reste dans l’ancien cabinet de son mari qu’elle a aménagé une galerie d'art.

Ken Bugul est en outre animatrice d'Ateliers d'écriture en milieu formel (académique), informel (groupes sociaux) et en milieu défavorisé (réhabilitation, valorisation, estime de soi, intégration).



1999 : Publication de Riwan et le chemin de sable. Ce roman, qu’elle considère comme la suite de Cendres et braises, est couronné du Grand Prix littéraire de l'Afrique noire.
Elle y trace les destins croisés de femmes africaines, bataillant encore une fois contre les clichés, les idées reçues et même les illusions qui égarent, selon elle, les êtres humains et les sociétés.
Riwan a été sélectionné parmi les 100 meilleurs livres africains du siècle en 2002.

2000 : Sortie de La Folie et la mort, chez Présence africaine.

2003 : Ken Bugul est élevée au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par la France.

2003-2004 : De l'autre côté du regard sort chez Le Serpent à Plumes/Editions Alphee

2005 : Publication de Rue Félix Faure aux éditions Hoebeke.

2006 : Ken Bugul est invitée au 26e Salon du Livre de Paris, qui a pour thème la francophonie. Elle avoue se sentir un peu « marginalisée » par l’appellation d’auteur francophone. D’autres écrivains, tels Milan Kundera, Jean Echenoz, qui ne sont pas de souche française, ne sont pas considérés, estime-t-elle, comme auteurs francophones.

La Pièce d’or, publié chez Ubu éditions, sort la même année, ainsi que Sénégal, recueil collectif édité aux éditions Magellan et Cie, composé par Fatou Diome, Aminata Sow Fall, Ken Bugul...

2008 :Publication de Mes hommes à moi, chez Présence africaine. Un texte sur la construction de soi, un thème récurrent qui traverse tous les écrits de Ken Bugul.

Texte biographie: Marie-Christine Simonet
Interview: Dennis Pereira-Egan le 13 avril 2010