Biographie Bibliographie Audio F.A.Q. Etudes Liens
photoAuteur
Alain Mabanckou


1966 : Naissance le 24 février à Mouyondzi, dans le sud de la République du Congo (Congo-Brazzaville).

1972-1986 : Alain Mabanckou déménage à Pointe-Noire, grande ville de 600 000 habitants, deuxième du pays, connue pour ses industries pétrochimiques et son port de pêche. Son père y est réceptionniste dans un hôtel français.

1986-1989 : Il est étudiant à l'Université Marien-Ngouabi à Brazzaville, la capitale. Il découvre la littérature négro-africaine à travers le poète congolais Jean-Baptiste Tati Loutard. Plus généralement, ses modèles sont entre autres Céline, Albert Cohen, Gabriel García Márquez (Colombie), Adonis (Syrie), Abdellatif Laâbi (Maroc), Roberto Juarroz (Argentine) ou encore le poète médiéval Ibn Zeydoun (Al-Andalus).

Alain Mabanckou s'essaye lui-même à la poésie, et commence surtout par des poèmes amoureux adressés à des jeunes filles congolaises.

1989 : Départ pour la France. Alain Mabanckou suit des études de droit à Nantes, puis à l'Université Paris-Dauphine.

Le jeune homme, persuadé de la qualité de ses premiers poèmes, les présente à plusieurs éditeurs français. Tous refusent de l'éditer et lui expliquent qu'il n'a pas écrit de poésie, mais qu'il n'a fait que mettre sur papier « des petits échos des lectures qu'il a eues ... ». Bien que dur à accepter, ce jugement pousse Alain Mabanckou à entrer véritablement dans un travail d'écriture, et de création littéraire.

1993 : Il obtient un Diplôme d'Études Approfondies (DEA) en Droit des affaires. La même année est publié son premier recueil de poèmes, Au jour le jour.

Parallèlement à son activité d'écrivain, Alain Mabanckou entame à Paris une carrière de conseiller dans une filiale du groupe Suez-Lyonnaise des Eaux. Il est également producteur et animateur d'émissions sur la radio francilienne Média Tropical.

1995 : La mère d'Alain Mabanckou, Pauline Kengué, dédicataire de la presque totalité de ses livres, décède à Pointe-Noire.

La même année paraissent deux recueils de ses poèmes, La légende de l'errance (en hommage à sa mère) qui est préfacé par le grand écrivain congolais Pius Ngandu Nkashama, et L'usure des lendemains, qui obtient le Prix Jean Christophe de la Société des poètes français.

1996 : Publication d'une nouvelle d'Alain Mabanckou dans La Revue noire n°20. Cette nouvelle est un extrait du roman Bleu Blanc Rouge qui paraîtra deux ans plus tard.

1998 : Parution de Bleu Blanc Rouge, son premier roman, qui obtient le Grand Prix littéraire d'Afrique noire. Le roman narre l'histoire d'un jeune Africain arrivant à Paris, ville dont il toujours rêvé, mais où il va très vite être confronté aux difficultés de l'immigration.

2001-2002 : Alain Mabanckou bénéficie d'une résidence d'artiste aux États-Unis. Démissionnant de la Lyonnaise des Eaux, il devient professeur des littératures francophones à l'Université du Michigan.


2005 : Parution du roman Verre Cassé, énorme succès qui sera traduit en une douzaine de langues et adapté au théâtre par le Belge Roland Mahauden. Ce roman lui a été inspiré par un voyage au Cameroun durant lequel Alain Mabanckou a « joué les pilliers de bar » durant sept jours. Verre Cassé obtient le Prix des Cinq continents de la Francophonie, le Prix Ouest-France/Étonnants Voyageurs et le Prix RFO du livre. Il est sélectionné par le jury du Prix Fémina et finaliste au Prix Renaudot 2005. Il obtient en 2009 le Prix Franco-Israélien Raymond Wallier.


2006 : Après quatre ans d'enseignement dans le Michigan, Mabanckou accepte l'offre de la prestigieuse Université de Californie-Los Angeles (UCLA ) où il enseigne au Département d'études francophones et de littérature comparée.
La même année paraît Mémoires de porc-épic, qui reçoit le Prix Renaudot, le Prix Aliénor d'Aquitaine et Le Prix de la rentrée littéraire française 2006.


2007 : Alain Mabanckou est signataire et l'un des chefs de file du Manifeste pour une littérature-monde, paru dans le journal Le Monde du 16 mars 2007. Ce manifeste signé par quarante-quatre écrivains, qui a suscité énormément de réactions et de débats dans le milieu littéraire, remet notamment en cause la notion « d' écrivain francophone ».

2009 : En janvier paraît Black Bazar, roman traitant de la communauté africaine, et surtout congolaise, de Paris. Très grand succès, ce livre sera durant plusieurs mois classé dans les vingt meilleures ventes de livres en France.


Textes : Baptiste Chrétien
Interview : Dennis Pereira-Egan