Biographie Bibliographie Audio F.A.Q. Etudes Liens
photoAuteur
Daniel Maximin


Textes : Jean-Claude Djian et Baptiste Chrétien
Interview : Jean-Claude Djian

1947 : Naissance le 9 avril dans la petite commune de Saint-Claude en Guadeloupe, au pied du volcan de la Soufrière dont il dit « C'est mon feu natal. ». Il vit à sept ans son premier cyclone et à neuf ans sa première éruption volcanique. Avec ses yeux d'enfant, il voit dans ce jaillissement de lave et de cendre « un feu d'artifice » jubilatoire. Il découvre lors d'une nuit d'incendie que son père publie des articles dans des revues locales et écrit aussi des poèmes. Comme tous les jeunes Caribéens, Daniel Maximin est confronté très tôt à la puissance de la nature.

Il prend aussi conscience que la force et la fragilité de l'humain sont étroitement liées dans la Caraïbe.

Très tôt, le jeune Maximin puise sa vocation dans son imaginaire. « J'inventais des histoires pour mes petits frères », dit-il. Dès sa 6ème il adore composer de longues rédactions. Il aime aussi improviser des saynètes inspirées du quotidien pour le public familial et joue avec plaisir dans les pièces de théâtre montées à l'occasion des fêtes de l'école.

1960 : La famille Maximin s'installe à Paris et cette année importante marque aussi pour le jeune homme le passage de l'enfance à l'adolescence. Le départ des Antilles n'est toutefois pas ressenti comme un exil car quatre continents ont édifié la Guadeloupe et ses natifs se sentent un peu chez eux partout, notamment en France.

Par ailleurs, cette arrivée en France est un moment de « retrouvailles » avec une terre connue par la culture, par l'histoire et par les livres découverts dans l'enfance : « J'étais heureux car j'allais retrouver Gavroche de Victor Hugo. » En effet, Victor Hugo est l'un des auteurs préférés de Daniel Maximin qui avoue avoir était fasciné par Bug Jargal. Ce premier roman, écrit à 16 ans par l'auteur des Misérables, évoque la révolte des Noirs de Saint-Domingue en 1791. « Pour l'enfant que j'étais, ce Monsieur Victor Hugo devait être Haïtien puisqu'il racontait l'histoire des esclaves d'Haïti. »

1962 : À 15 ans, élève au Lycée Voltaire de Paris, Daniel Maximin écrit son premier poème.
Il éprouve le profond besoin de raconter sa Caraïbe natale avec des mots qui sonnent justes et forcent l'émotion.

1964 : Baccalauréat en poche, Daniel Maximin entame des études littéraires à la Sorbonne qui dureront cinq ans.

1970 : D. Maximin se consacre à l'écriture et, pour gagner sa vie, devient chargé de cours à L'Institut d'Études Sociales et professeur de lettres à Orly. Il s'engage très tôt dans la liaison culture-éducation : « Maximin fait le maximum » disaient de lui ses élèves de la « cité d'urgence » d'Orly, avec lesquels il participe aux premières expériences du Théâtre du Soleil et du Théâtre de la Tempête aux côtés de Jean-Marie Serreau.

1981 : Il publie son premier roman, L'Isolé Soleil, dont le récit se déroule à travers cinq générations selon un plan bien précis.
Ecrivain remarqué, il sera jusqu'en 1989 directeur littéraire aux Éditions Présence Africaine et producteur de l'émission Antipodes sur France-Culture.

1989 : Il retourne en Guadeloupe où il assure la fonction de Directeur régional des affaires culturelles.

1993 : Il est nommé Chevalier de la Légion d'honneur.

1995 : Il est fait Chevalier des Arts et Lettres.

1997 : De retour à Paris, considéré comme un fin connaisseur de l'histoire de l'esclavage ainsi que des luttes et révoltes que celui-ci a engendrées, Daniel Maximin est chargé d'organiser la célébration nationale du 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage qui se déroulera l'année suivante.

2000 : D'abord connu pour son oeuvre romanesque, Daniel Maximin est également un grand poète et son recueil de poésie L'Invention des désirades est couronné à sa sortie par le prix Arc-en-ciel.


2004 : Publication de son récit autobiographique Tu, c'est l'enfance chez Gallimard, qui obtient le Grand Prix de l'Académie française Maurice Genevoix ainsi que le Prix Tropiques AFD en 2005.


2006 : Publication de Les Fruits du cyclone : une géopoétique de la Caraïbe dans lequel il écrit que les îles de la Caraïbe sont un archipel de « peuples roseaux échappés des chênaies, des déserts, des savanes et des jungles originelles des quatre continents ... ».


Chargé de mission sur la Francophonie au Ministère de la culture à l'Inspection Générale de l'Administration des Affaires Culturelles, il est nommé responsable de la littérature et de l'éducation à l'occasion du Festival Francophone en France (Francofffonies). Il en est le porte-parole et il préside le Salon du Livre "Amerigo Vespucci" lors du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges.
La francophonie est pour Daniel Maximin un sujet de réflexion et de débat inépuisable et selon lui la France est un pays francophone au même titre que les autres pays utilisant cette langue.



Romancier, poète, essayiste ... l'écriture de Daniel Maximin est riche comme la palette d'un peintre impressionniste qui brosse par petites touches colorées sa Caraïbe natale. C'est sans aucun doute l'un des écrivains majeurs des Antilles et l'un des plus grands spécialistes de ce qui constitue l'âme caribéenne.

Texte Faq : Baptiste Chrétien