Biographie Bibliographie Audio F.A.Q. Liens
photoAuteur
Bessa Myftiu


1961 : Naissance de Bessa Myftiu à Tirana, en Albanie, le 10 mai. Elle est la fille de l'écrivain dissident Mehmet Myftiu. En albanais, Bessa signifie "parole d'honneur".


La petite fille est élevée dans un environnement familial très traditionnel. Son père est musulman albanais et sa mère est chrétienne orthodoxe d'origine grecque. Ils sont tous les deux enseignants.
Dès l'âge de sept ans, elle écrit des poèmes inspirés par la formation militaire qu'elle reçoit, alors imposée à tous les enfants par le régime communiste. Elle est ensuite inspirée par l'histoire de son père, traqué et maltraité par la dictature.


1981 : Naissance de sa fille Elina à Tirana dont le père est Spiro Duni, un acteur et metteur en scène de renom en Albanie. Elina Duni deviendra plus tard une chanteuse de jazz des Balkans.

Bessa Myftiu fréquente l'intelligentsia albanaise.

1980-1990 : Elle poursuit des études de Lettres dans son pays d'origine puis y enseigne la littérature du 19ème siècle à l'Université de Tirana. En parallèle, elle mène une activité de journaliste au magazine littéraire et artistique albanais La scène et l'écran.
Elle s'installe ensuite à Genève.

1991 : Bessa Myftiu écrit son premier poème en français.


1994 : Publication de son recueil de poèmes Des amis perdus en deux langues, albanais et français. Bessa Myftiu devient membre de la Société Genevoise des Écrivains et se lance dans l'écriture romanesque en français.

« […] écrire en Français donne plus de liberté. C’est sans doute plus compliqué que d’écrire dans sa propre langue mais l’originalité y gagne. Mon style s’est allégé. Le réalisme socialiste de mon enfance n’était pas fait pour la légèreté ! C’est la langue française et le contexte culturel et social d’ici qui m’ont permis ce travail stylistique. Et puis, si j’écris pour témoigner, pourquoi écrire pour ceux qui savent ? Je dois écrire pour un lectorat du pays où j’habite ».

Bessa Myftiu traduit en français l'oeuvre de son père Mehmet Myftiu.


Son émigration vers la Suisse, à l'âge de 29 ans, est liée à la rencontre de celui qui deviendra son mari, un artiste suisse francophone.
Devenue Suissesse par le mariage, ses liens avec l'Albanie se sont délités progressivement, sans qu'elle n'ait eu cependant de réelle volonté de rompre avec ses origines, tandis que son intégration en Suisse s'affirmait :
«... Mais les années ont passé, et entre temps l'Albanie avait tellement changé que j'y avais de moins en moins de repères. Tout était neuf ou en train de naître. Je m'y sentais étrangère... En Suisse, j'avais au moins le statut de l'étrangère - et il est beaucoup plus difficile de se sentir étranger chez soi, où l'on ne vous accorde même pas ce statut

Elle étudie la didactique du français langue étrangère (FLE) à l'Université de Genève et y devient rapidement enseignante.

1998 : Publication de son premier roman, Ma légende, préfacé par le grand écrivain albanais Ismail Kadare.

Ses deux romans, Ma légende et Confessions des lieux disparus, sont des témoignages sur une certaine Albanie, racontée au lecteur de langue française : son talent de romancière est inextricablement lié à l'Albanie passée du dictateur Enver Hoxha. Souvent par le biais du comique et de l'absurde, Bessa Myftiu décrit ce pays de sa jeunesse où coexistaient le marxisme-léninisme et les traditions patriarcales de la société albanaise.


2002 : Bessa Myftiu obtient un doctorat en Sciences de l’Éducation. Sa thèse, menée sous la direction de Mireille Cifali, porte sur l'apport de Dostoïevski et Nietzsche à l'éducation. Cette thèse sera par la suite publiée sous forme d'essai : Nietzsche & Dostoïevski éducateurs ! .


2004 : Sortie du film Ullka de Maya Simon et Ylli Pepo, dans lequel Bessa Myftiu tient le rôle principal. Ce conte philosophique narre les aventures d'une jeune femme ambitieuse et à la recherche du grand amour, qui quitte la dictature albanaise pour se rendre en Suisse.

2011 : Parution du roman Amours au temps du communisme qui « nous ouvre les portes dérobées et le chemin des alcôves d’un pays stalinien pur et dur, coupé du monde, où toute une jeunesse devait ruser pour suivre ses élans et ses passions » (Philippe Blanchet).


Traductrice albanais-français pour la Radio Suisse-Romande, conteuse, critique littéraire, journaliste, scénariste et actrice, poète, essayiste, et surtout romancière, l'écriture de Bessa Myftiu est liée à ses origines, à ses exils et à ses émotions de prime jeunesse, un peu à la façon de son amie Amélie Nothomb qui préfaça la réédition de son roman Confessions des lieux disparus en 2010.

Biographie: Christianne Laurent et Baptiste Chrétien.
Interview: Dennis Pereira-Egan le 18 décembre 2008.